L’OTECI propose aux jeunes de “Parier sur eux”

Reportage.

À l’École de chimie de Rennes, des anciens cadres font passer des entretiens d’embauche aux étudiants. L’exercice est apprécié.

Sous les yeux d’une petite dizaine de ses camarades, Yannick, étudiant en troisième année de chimie, est le premier à passer cet entretien d’embauche fictif.

Pour cette mise en situation, c’est Patrick, un des seniors de l’association Oteci qui prend le rôle du directeur des ressources humaines de l’entreprise de l’industrie pharmaceutique.

Le ton est donné :

Yannick revient sur son parcours, dont un stage à San Francisco, ce qui ne manque pas d’interpeller Patrick. « Pouvez-vous me donner votre avis sur Donald Trump ? » Le ton est donné pour quelques questions pièges, mais l’étudiant parvient à répondre habilement.

À l’issue de ces vingt minutes d’entretien, le débriefing se fait collectivement. Yannick a semblé à son aise durant l’exercice – c’est ce que souligne son interlocuteur – même si l’étudiant ne soulève pas suffisamment les points positifs de son profil. Patrick explique aux étudiants qu’il faut « une base de connaissances économiques du secteur dans lequel vous allez travailler ».

Les étudiants sont satisfaits de ce type d’exercice, à l’image de Marion : « C’est mon premier entretien simulé en tant que jeune diplômée entrant sur le marché de l’emploi. On nous met en condition pour canaliser notre stress lors du premier vrai entretien. »

Une soixantaine d’entretiens

L’association OTECI , composée de d’experts, seniors dans leur profession, a l’habitude d’intervenir auprès des étudiants de l’École de chimie de Rennes. Alain Mathurin, directeur régional de l’Oteci et ancien directeur d’affaires internationales, évoque « le désir des adhérents de l’association de transmettre nos compétences aux générations qui doivent prendre des responsabilités. Nous voulons aussi donner les codes aux étudiants pour qu’ils puissent s’adapter aux recruteurs ».

Au final, plus d’une soixantaine d’entretiens d’embauche fictifs se sont déroulés en deux jours.